Les débuts de l’aventure spatiale ont été largement marqués par des préoccupations stratégiques liées à un contexte particulier, celui de la Guerre froide. L’affirmation d’une souveraineté, la volonté de s’imposer sur la scène internationale, la proximité stratégique avec le facteur nucléaire comme autant de garants de la sécurité nationale ont alors été des motivations fondamentales qui ont structuré les programmes américains et soviétiques et, dans une moindre mesure, français. Même si les raisons de développer aujourd’hui une capacité spatiale ont évolué par rapport aux premiers temps de l’ère spatiale, la rémanence du lien entre compétences spatiales et présence internationale reste forte. C’est ainsi que l’on retrouve des éléments de cet héritage dans la priorité que la Chine accorde à l’Espace. L’essor progressif des applications civiles au cours des années 1970 et leur autonomisation au sein de la politique spatiale ont mis en évidence la contribution des satellites au développement technologique et économique. L’exemple du Japon illustre parfaitement le premier point, tandis que celui de l’Inde est emblématique du rôle des technologies spatiales dans l’aménagement du territoire, qu’il s’agisse de fournir aux régions isolées des services spécifiques de télécommunications (télé-enseignement, télémédecine, etc.) ou de contribuer à l’essor des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Dans le même temps, les avancées scientifiques de la recherche spatiale ont créé le socle d’une coopération internationale qui intègre progressivement les nouveaux entrants. Enfin, les évolutions technologiques survenues depuis les années 1990 (microsatellites, nanosatellites, etc.), jointes à la présence croissante – même si elle reste limitée – d’acteurs privés, ont marqué le début d’une nouvelle époque caractérisée par la banalisation progressive des moyens spatiaux et de leurs usages, sur fond classique d’affichage de puissance. Cette logique peut aller jusqu’à l’exploitation, à des fins d’image, du lancement de satellites devenus des éléments de fierté nationale et des symboles de modernité, dans des pays qui maîtrisent au mieux quelques pièces du système spatial ainsi célébré. Source: organisation de séminaire.