D’où viennent les passions ? Voilà un bien grand mystère. Dans mon cas, j’entretiens une passion plutôt étrange pour les avions de chasse. Je ne sais comment elle est née. Mais aussi loin que remontent mes souvenirs, j’ai toujours été fasciné par ces engins. Je me souviens que quand j’étais petit, je ne sortais jamais sans avoir au moins un avion de chasse en poche. Je le sortais à tout bout de champ et m’embarquais dans de complexes batailles aériennes. Si cette passion s’est heureusement calmée depuis, je me suis toujours promis qu’un jour, je monterais à bord d’un véritable appareil. Et je suis passé à l’acte samedi dernier, à l’occasion d’un vol. Cela s’est passé, et ce jour fait clairement partie des plus beaux jours de ma vie. Les sensations que j’ai pu avoir là-haut resteront à jamais gravées en lettres de feu dans ma mémoire. Car vous l’avez peut-être observé : il peut y avoir une différence entre savoir quelque chose et le vivre. Je m’étais longuement renseigné sur les émotions offertes par un avion de chasse : les facteurs de charge qui vous font multiplier votre poids habituel par 6, l’apesanteur des G négatifs durant certaines acrobaties, le champ de vision qui diminue quand approche le blackout… Mais on a beau savoir, je crois qu’on ne se rend pas vraiment compte ; mais lorsque le corps ressent physiquement tout cela, on réalise que la théorie ne représente pas grand-chose comparée. Certains moments étaient si intensives qu’elles en devenaient douloureuses. Et je dois vous confesser que, bien que j’aie adoré ce vol, j’ai été soulagé quand il a fallu prendre le chemin du retour… J’étais trempé de la tête au pied. Si l’adrénaline est votre credo, je vous recommande sans hésiter le vol en avion de chasse. Voilà le site par lequel je suis passé pour ce vol, si vous vous sentez une âme de baroudeur…En savoir plus en suivant le lien sur le site du spécialiste reconnu de ce vol en L39 Albatros à Paris Pontoise.