Un Serbe en Albanie

Créé par le 02 juil 2015 | Dans : politique

Pour la première fois de l’histoire des deux pays, le premier ministre serbe Aleksandar Vucic se rendra aujourd’hui en visite en Albanie, écrit mercredi le quotidien Kommersant. La normalisation des relations entre ces deux États des Balkans a une importance cruciale pour la stabilité de la région, menacée de nouveau par un conflit armé. La veille de sa visite, Aleksandar Vucic a déclaré qu’il partait à Tirana pour « construire de bonnes relations et surmonter les différends » pour que « la Serbie ne connaisse pas la même situation qu’à Kumanovo en Macédoine », où viennent d’éclater des affrontements armés entre des policiers macédoniens et des rebelles albanais. Il s’agira d’une visite de retour car le premier ministre albanais Edi Rama s’était rendu à Belgrade en novembre 2014 — pour la première fois en 68 ans. Quelques scandales avaient tout de même éclaté à cette occasion: pendant un match de football entre les deux équipes nationales, la veille de la visite, un drone avec le drapeau de la Grande Albanie avait survolé le stade de Belgrade. Puis, lors de leur conférence de presse conjointe, Vucic avait littéralement explosé quand son invité l’avait appelé à reconnaître la réalité du Kosovo indépendant. Un mois avant la visite actuelle, en répondant à la déclaration d’Edi Rama sur l’éventualité d’une unification de l’Albanie et du Kosovo, le premier ministre serbe a promis que cela ne se produirait jamais. Néanmoins, à l’approche de cette visite les deux dirigeants ont confirmé leur disposition à normaliser les relations bilatérales. L’Occident pousse également la Serbie et l’Albanie à la réconciliation. Les deux pays sont candidats à l’adhésion à l’UE et Aleksandar Vucic a affirmé récemment que c’était un « chemin sans retour ». Après sa visite à Tirana, le premier ministre serbe s’envolera vers les USA pour une visite de cinq jours où il s’entretiendra avec le vice-président Joe Biden pour rapporter s’il a trouvé un terrain d’entente avec le premier ministre albanais. De sa réponse dépendront les investissements américains et le soutien politique promis à Belgrade. Le Kosovo est la principale pierre d’achoppement politique dans les relations entre les deux pays. Et les divergences sont de taille: Belgrade continue d’affirmer qu’il ne reconnaîtra jamais l’indépendance du Kosovo, mais le gouvernement serbe comprend que la porte de l’UE sera fermée sans normalisation des relations avec le Kosovo et s’il n’adopte pas une position de plus en plus souple. Du moins, il interagit activement avec les autorités kosovares sous la surveillance de Bruxelles. Récemment, Aleksandar Vucic a annoncé que des amendements seraient apportés à la Constitution serbe pour réduire le nombre de députés. Mais les experts et les politiciens serbes sont persuadés qu’il s’agit seulement d’un prétexte pour rayer du préambule de la Constitution la mention du Kosovo comme partie de la Serbie — ce qui ouvrirait alors la voie à la normalisation totale des relations entre la Serbie et l’Albanie et le chemin de l’UE pour la Serbie.

Londres fera bien un référendum sur son maintien dans l’Europe

Créé par le 02 juil 2015 | Dans : politique

Le gouvernement britannique a annoncé mercredi un projet de loi confirmant l’organisation d’ici à la fin 2017 d’un référendum sur «le maintien ou pas» du Royaume-Uni dans l’Union européenne, illustrant la volonté du premier ministre David Cameron d’avancer au plus vite sur ce dossier. Ce projet de loi a été annoncé devant le Parlement de Westminster par Élisabeth II à l’occasion du traditionnel discours de la reine. Lu par la souveraine, mais rédigé par le gouvernement, il présente le programme législatif pour les cinq années à venir et marque l’ouverture de la session parlementaire. «Une loi sera présentée pour organiser un référendum sur le maintien ou pas (du Royaume-Uni) dans l’Union européenne avant la fin 2017», a-t-elle déclaré devant les parlementaires et les membres du gouvernement Cameron, qui ont écouté le discours debout. Le scrutin pourrait intervenir dès 2016. M. Cameron avait promis pendant sa campagne électorale de mettre en place cette consultation en cas de victoire aux législatives du 7 mai, que son parti a largement remportées face aux travaillistes, permettant aux Tories de conquérir une courte majorité absolue à la Chambre des communes. Élisabeth II, vêtue de sa robe d’apparat et coiffée de sa couronne, a également annoncé que le gouvernement introduirait un texte visant à garantir un gel des impôts sur les ménages jusqu’en 2020. «Une loi sera mise en place (…) pour assurer qu’il n’y aura pas de hausse des taux de l’impôt sur le revenu, de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ni des prélèvements sociaux lors des cinq prochaines années», a dit Sa Majesté. Autre mesure figurant au programme du gouvernement: la dévolution d’une «large gamme de pouvoirs» à l’Écosse. Cette mesure avait été promise en guise de compensation par M. Cameron après la victoire du Non au référendum d’indépendance en septembre. Le programme gouvernemental prévoit également de nouvelles dispositions pour interdire «les organisations extrémistes» impliquées dans la radicalisation de djihadistes, de même qu’un texte controversé qui pourrait contraindre les opérateurs de téléphonie et les fournisseurs d’accès internet à fournir des données personnelles d’utilisateurs. Sur l’Europe, la reine a rappelé que le gouvernement n’organiserait de référendum qu’à l’issue d’une phase de renégociation des conditions d’appartenance du Royaume-Uni au groupe des 28. Le «gouvernement renégociera la relation du Royaume-Uni avec l’Union européenne et poursuivra la réforme de l’Union européenne», a dit la reine qui a prononcé le discours sur un ton monocorde, comme pour mieux souligner sa neutralité. Les détails du projet de loi seront officiellement présentés aux députés jeudi, puis discutés à la Chambre des Communes. Selon la BBC, la question posée aux Britanniques sera du type: «Le Royaume-Uni doit-il rester un membre de l’UE?», une formulation qui place les europhiles dans le camp du Oui. David Cameron, favorable au maintien de son pays dans une union réformée, doit évoquer le sujet en fin de semaine lors de rencontres prévues avec le président français François Hollande à Paris et la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin. «Nous avons un mandat du peuple britannique et un programme à mettre en oeuvre», a souligné le premier ministre dans un communiqué. «Nous allons nous mettre à la tâche sans perdre une minute». Ses opposants non plus n’ont pas perdu de temps et des centaines de manifestants étaient attendus près du 10, Downing Street. «Les politiques d’austérité nous font souffrir depuis trop longtemps», a déclaré Sam Fairbairn, un des organisateurs.

Balade à la Maison Blanche

Créé par le 16 juin 2015 | Dans : voyage

On peut difficilement faire moins original en la matière, mais comment résister ? Lors d’un incentive qui nous a conduit aux Etats-Unis la semaine dernière, mes collègues et moi avons profité d’une journée sur Washington pour visiter… la Maison-Blanche. Il aurait tout de même dommage de ne pas en profiter, ne croyez-vous pas ? La Maison-Blanche est le plus vieil édifice public de Washington, et c’est évidemment un symbole de la puissance américaine. Je ne pense pas qu’il soit utile de vous la présenter. En tant que résidence et lieu de travail du président américain, c’est le bâtiment le plus célèbre et le plus facilement reconnaissable au monde. Elle apparaît dans tellement de films et de séries qu’on a une impression de déjà-vu dès les premières minutes de visite. Son histoire, en revanche, est bien moins connue. En 1792, un concours fut organisé pour la concevoir. George Washington, alors président, choisit le plan de James Hoban, tout en lui demandant de l’agrandir. Cet Irlandais s’était largement inspiré de la Leinster House de Dublin (aujourd’hui siège du Parlement irlandais). Les travaux commencèrent à l’automne 1792, et, dès 1800, bien qu’inachevée, la Maison-Blanche était habitable. John Adams fut le premier président à y résider, et au cours des années suivantes, sur ordre de Thomas Jefferson, l’architecte Benjamin Henry Latrobe ajouta deux petites ailes destinées aux écuries et dépendances. La résidence fut incendiée par les Anglais au cours de la guerre de 1812. Au terme de celle-ci, Latrobe et Hoban participèrent à la reconstruction du bâtiment, Hoban ajoutant notamment les portiques nord et sud, construits respectivement en 1824 et 1829. Au fil des ans, la Maison-Blanche a été agrandie et transformée, mais a aussi souffert de négligence et commencé à se détériorer. Le plus grand projet de rénovation fut entrepris par Jacqueline Kennedy, qui ajouta des éléments décoratifs de style français. Elle instaura aussi un comité chargé de superviser la conservation de la Maison-Blanche et de préserver son intégrité historique, comité qui travaille en étroite collaboration avec l’épouse du président. Symbole national, la Maison-Blanche est l’un des édifices les plus photographiés des États-Unis et son bureau ovale a été le témoin d’innombrables décisions historiques : c’est là qu’apparurent les X-men au président ; là que le président annonça la venue d’aliens sur notre planète ; là encore que Frank Underwood fait des pieds et des mains pour rester… Cette maison-là, en fait, il n’est pas besoin de la visiter pour en connaître chaque recoin : le cinéma la représente si souvent que c’est presque une annexe de notre chambre, dans notre imaginaire. Ce n’est sans doute pas l’endroit le plus intéressant que j’aie eu l’occasion de voir lors de cet incentive, mais ce n’est tout de même pas rien que de la visiter, et voulais tout de même vous la présenter. Même si ce n’est pas très original… et même si vous avez l’impression de déjà la connaître par coeur… ne manquez pa de la visiter, si vous passez un jour par Washington ! Je vous laisse le lien vers le voyagiste qui nous a fait ce super séminaire entreprise – suivez le lien pour leur contact.

11380820_1646721378894437_556664824_n

Pendant que les USA entrainent les rebelles syriens

Créé par le 16 juin 2015 | Dans : politique

Les États-Unis ont annoncé jeudi avoir commencé à entraîner un petit groupe de rebelles syriens modérés en Jordanie pour lutter contre le groupe État islamique (EI), les responsables américains estimant par ailleurs que le régime de Damas était sur le déclin. «Nous pouvons annoncer aujourd’hui que l’entraînement au combat a commencé pour un groupe de la taille d’une compagnie pour les nouvelles forces syriennes», a déclaré le secrétaire à la Défense Ashton Carter lors d’une conférence de presse. «Ce programme est une partie critique et complexe dans nos efforts pour contrer l’EI. Nous attendons un deuxième groupe qui doit commencer l’entraînement la semaine prochaine», a ajouté M. Carter. En Jordanie, le porte-parole du gouvernement Mohamed al-Momani a confirmé que l’entraînement des rebelles syriens avait bien «commencé depuis plusieurs jours» dans le cadre des «efforts de la Jordanie en complémentarité avec les pays frères et amis, membres de la coalition». La Jordanie avait déjà annoncé en mars qu’elle allait former des combattants de «tribus syriennes» pour combattre l’EI. Environ 90 rebelles modérés syriens ont commencé à suivre cette formation aux compétences militaires de base délivrée par des instructeurs américains, selon Ashton Carter. Ce programme de formation de rebelles modérés doit ensuite être étendu en Turquie, en Arabie saoudite et au Qatar. En annonçant ce programme de formation, les États-Unis avaient évoqué l’objectif de former 5000 combattants par an. Mais les militaires américains se heurtent notamment aux difficultés de sélection des candidats, les États-Unis voulant limiter les risques que ces combattants ne se retournent contre eux. «Nous avons étudié de près ces rebelles que nous allons entraîner dans des installations dont l’emplacement est gardé secret. Nos formateurs sont extrêmement compétents pour ce type d’entraînement», a repris le secrétaire à la Défense. Selon les plus récents chiffres communiqués par le Pentagone, 3750 Syriens s’étaient portés candidats, dont 400 avaient subi avec succès une présélection. Cette première étape devait être complétée ensuite par d’autres vérifications. Le Congrès américain, qui a fortement poussé l’administration Obama à entreprendre ce programme, a voté 500 millions de dollars pour le financer. Les États-Unis avaient annoncé que près de 1000 militaires américains seraient déployés pour ce programme. Pour l’instant, 450 sont arrivés sur place, selon les responsables américains. Le Pentagone a tenu à noter que les États-Unis allaient continuer à surveiller et à soutenir ces rebelles une fois qu’ils seront déployés sur le terrain. «Nous avons en quelque sorte une responsabilité pour protéger ces forces de combat. Leur mission est de lutter contre l’EI, c’est ce que nous attendons d’eux. Mais si les forces du régime (de Damas) s’en prenaient à eux, nous serions en mesure de répliquer», a encore dit Ashton Carter. «Nous n’avons pas encore décidé comment, mais cela pourrait être par le biais d’un soutien aérien. Tout dépend où ils se trouvent, mais nous avons des obligations envers ces gens. Ils se battent pour leur pays», a souligné M. Carter. Certains partenaires de Washington comme la Turquie reprochent aux États-Unis de vouloir diriger l’action des rebelles uniquement contre le groupe État islamique, au détriment du combat contre le régime du président syrien Bachar al-Assad.

Le danger de l’Amérique Centrale

Créé par le 16 juin 2015 | Dans : politique

L’Amérique centrale est restée entre 2007 et 2012 la région affichant le plus fort taux de morts violentes au monde alors même que le Moyen-Orient était déjà ravagé par plusieurs conflits, notamment en Libye et en Syrie, selon un rapport de l’ONU publié vendredi. Ce rapport n’est publié que tous les trois à quatre ans par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et le secrétariat de la Déclaration de Genève sur la violence armée et le développement, une initiative diplomatique. Il recense toutes les morts violentes dans le monde, qu’elles soient liées à des conflits ou pas. Il ressort du rapport que l’Amérique centrale a affiché entre 2007 et 2012 le plus fort taux de morts violentes au monde, soit 33,6 morts violentes pour 100 000 habitants, devant l’Afrique méridionale, les Caraïbes et l’Amérique du Sud. L’Amérique centrale occupait déjà cette triste première position lors du précédent rapport couvrant la période entre 2004 et 2009, avec alors un taux de 29 morts pour 100 000 habitants. Deux pays d’Amérique centrale, le Honduras (90,4 morts pour 100 000 habitants), pays considéré comme le plus dangereux au monde par l’ONU, et le Venezuela (72,2 morts pour 100 000 habitants) sont d’ailleurs respectivement numéro 2 et numéro 3 du classement des pays enregistrant les plus forts taux de violences meurtrières en 2012. Ce classement était toutefois dominé par la Syrie (180,2 morts pour 100 000 habitants en 2012), en proie à de terribles violences depuis mars 2011. Globalement, le rapport montre une diminution continue du nombre moyen annuel de morts violentes : 508 000 entre 2007 et 2012, contre 540 000 entre 2004 et 2007. Si le nombre total de morts violentes par an a diminué (en raison d’une baisse des homicides intentionnels), le nombre de décès directement dus à des conflits a, lui, nettement augmenté, passant de 52 000 morts entre 2004 et 2007 à 70 000 entre 2007 et 2012. Entre 2007 et 2012, des moyennes annuelles de 377 000 homicides volontaires, 42 000 homicides involontaires et 19 000 morts dues à des interventions des autorités sont venues s’ajouter aux 70 000 morts par an directement dues à des conflits. Le rapport montre aussi que les armes à feu sont à l’origine de 44,1 % de toutes les morts violentes. Ce taux est particulièrement élevé en Amérique centrale, aux Caraïbes et en Amérique du Sud. Par ailleurs, en moyenne, entre 2007 et 2012, 16 % des victimes des homicides volontaires commis chaque année dans le monde étaient des femmes, ce qui représente 60 000 décès.

Metropolitan Museum of Art

Créé par le 08 avr 2015 | Dans : voyage

Lors d’un voyage incentive aux Etats-Unis la semaine dernière, je suis passé par New York. N’étant de passage que pour la journée, je n’avais pas beaucoup de temps devant moi. J’ai finalement choisi, parmi toutes les merveilles que compte la ville, d’aller au Metropolitan Museum. Pas pour sa collection, cependant, mais pour son architecture. Car ce site incontournable vaut tout autant pour sa forme que pour son contenu. Pour la petite histoire, c’est en 1866 que John Jay, diplomate, avocat, et petit-fils du premier président de la Cour suprême des États-Unis, déclara à un groupe d’hommes d’affaires américains en visite à Paris que le temps était venu « pour le peuple américain de poser les fondations d’une institution culturelle nationale ». Ses mots trouvèrent un tel écho que, dès leur retour, les voyageurs placèrent William Cullen Bryant, journaliste et poète, à la tête d’un comité chargé de fonder le futur Metropolitan Museum of Art. Le musée installé dans un bâtiment provisoire fut inauguré en 1870. L’année suivante, après l’acquisition de 174 peintures européennes, Bryant demanda aux architectes Calvert Vaux et Jacob Wrey Mould de concevoir un premier édifice. Une petite construction en brique rouge de style néogothique, pourvue d’un toit de verre et d’acier, fut érigée dans Central Park, à l’angle de la 82e Rue et de la 5e Avenue. Elle occupait le site prévu pour un musée par Vaux et son partenaire Frederick Law Olmsted lors de leur conception du parc. Mais là l’histoire devient intéressante, c’est que le bâtiment Vaux-Mould fut littéralement avalé par les extensions nouvelles au fur et à mesure de l’élargissement du « Met » (c’est ainsi que les américains surnomment le musée) : la façade néoclassique sur la 5e Avenue et le grand hall furent conçus par Richard Morris Hunt et exécutés par son fils entre 1902 et 1926 ; en 1911 et 1913, l’agence McKim Mead White ajouta des ailes Nord et Sud ; entre 1971 et 1991 un vaste programme d’aménagement conduit par les architectes Kevin Roche et John Dinkeloo fut exécuté, qui incluait la Collection Lehman, au rez-de-chaussée, l’Aile Sadder qui abrite le temple de Dendur, et l’Aile Michael Rockefeller où sont regroupés les Arts africains, océaniens et amérindiens. Agrandie en 1980, l’aile américaine offre un vaste espace à la plus grande collection d’art américain du pays. L’Aile Lila Atcheson Wallace, dédiée à l’art moderne, fut quant à elle ajoutée en 1987. Le musée connaît des rénovations et des transformations régulières, et on est littéralement fasciné en l’arpentant par son incroyable développement. Et on ne peut s’empêcher de penser à quoi il ressemblera dans cents ou deux cents ans, s’il continue à grandir encore : il aura alors certainement dévoré la ville toute entière ou au moins Central Park. Ma visite fut brève, mais c’est au final la visite que j’ai préférée lors de cet incentive. Pour ceux qui voudraient faire de même, je vous laisse le lien vers ceux qui ont organisé notre voyage incentive aux USA. Suivez le lien pour leur contact.

Et si on revenait sur Nemtsov ?

Créé par le 08 avr 2015 | Dans : politique

L’assassinat de Boris Nemtsov, le 27 février, à Moscou, a déclenché une nouvelle frénésie accusatrice en Occident, comme si la responsabilité de Vladimir Poutine ne faisait d’emblée aucun doute. Certains commentateurs ont même assuré que, si Poutine n’en était pas le commanditaire direct, il en était le responsable, par « l’hystérie patriotique entretenue par le pouvoir », par ses idées. Bien sûr… La méthode rappelle étrangement les sinistres “procès de Moscou” de la période communiste. Dans le contexte actuel, cet assassinat est contraire aux intérêts du Kremlin, voire totalement idiot. Poutine avait en effet choisi de se rapprocher de l’Europe, pour ne pas aggraver les sanctions occidentales. Le cessez-le-feu dans l’est de l’Ukraine commençait à s’imposer, imparfait mais réel. L’assassinat de Nemtsov ne peut qu’affaiblir cette stratégie. La cible en valait-elle la peine ? Pas vraiment. Nemtsov n’avait pas une stature qui justifiait son élimination. Le pouvoir l’avait déjà marginalisé, comme tant d’autres opposants. Courageux mais isolé dans une opposition minoritaire et très divisée, ce tribun séduisant attirait plus les médias occidentaux que ses compatriotes. Pour beaucoup de Russes, ses fonctions officielles dans les années 1990 le reliaient aussi aux pires années de la Russie postsoviétique : l’effondrement général du pays. C’est précisément pour restaurer sa puissance que les Russes n’ont cessé d’élire Poutine depuis 2000. Ils lui savent gré d’avoir sorti la Russie de ce marasme. Ils supportent ses mé thodes autoritaires parce qu’ils savent à quoi ils ont échappé. Ils se reconnaissent dans son patriotisme rugueux et approuvent la récupération de la Crimée (condamnée par Nemtsov, applaudie par une partie de l’opposition). Aidée évidemment par la propagande officielle, sa cote de popularité s’est stabilisée au-dessus de 80 % d’opinions favorables. Nemtsov et ses amis condamnaient le “régime Poutine” sans avoir rallié la majorité du peuple. La “grande manifestation” du 1er mars a donné la mesure de leur audience. Ramenés à l’échelle de Paris (2,2 millions d’habitants), les 50 000 à 70 000 manifestants de Moscou (12,2 millions d’habitants) auraient représenté de 9 000 à 12 000 personnes. Le raz-de-marée anti-Poutine annoncé n’a pas eu lieu. Rares sont les correspondants qui l’ont honnêtement reconnu.

Français de souche ?

Créé par le 08 avr 2015 | Dans : politique

Appeler un chat un chat reviendrait ainsi à “mal nommer les choses”. C’est pourtant reconnaître son lent travail d’assimilation à la France. En désignant des Français dont les parents et peut-être même les grands-parents sont eux aussi français comme des “Français de souche”, François Hollande aurait commis une faute grave. L’accusation ne vient pas de l’opposition mais bien de son propre camp et même de l’un de ses anciens ministres. Mlle Aurélie Filippetti n’a pas aimé l’expression, a souhaité le faire savoir et invoqué pour cela les mânes d’Albert Camus. Cette réaction surprend de la part d’une femme de lettres qui n’a jamais hésité à appeler un chat un chat dans ses livres. Expression qu’il conviendrait d’ailleurs de mettre au féminin à la lecture de son oeuvre car l’ancien ministre de la Culture a, semble-t-il, la plume caressante quand il s’agit de décrire les frissons de l’adultère, mais l’oreille chatouilleuse lorsqu’il est question de faire la distinction entre les Français de toujours, ceux que les petits “beurs” appellent, non sans humour, les “Gaulois”, et les Français “issus de l’immigration”. Cette distinction, qui se contente pourtant de dire une réalité démographique et historique, friserait même l’apartheid… Ce qui inquiète dans cette guerre qui est faite en permanence aux mots dans notre pays, c’est le refus de dire la réalité au prétexte qu’elle serait contraire à l’idée que l’on s’en fait, autrement dit à l’idéologie que l’on souhaiterait imposer. Personne ne conteste sérieusement qu’un Français qui vient d’obtenir la nationalité a exactement les mêmes droits qu’un Français dont les ancêtres sont tombés à Gergovie. Sa voix pèse du même poids dans l’urne et il peut à ce titre, qui est par ailleurs le plus précieux, participer directement à la vie de la nation. En revanche, pourquoi vouloir nier que coexistent depuis toujours dans notre pays des “Français de souche” et des Français fraîchement naturalisés, lesquels sont d’ailleurs appelés à devenir à leur tour, et en quelques générations, des “Français de souche” ? Pour les uns la France est une vieille histoire de famille et leurs aïeux ont, dans leur immense majorité, labouré inlassablement cette terre sur laquelle ils sont nés. Pour les autres la France est une histoire personnelle et récente. Rien ne les oppose mais rien ne devrait interdire de les désigner pour ce qu’ils sont. C’est au contraire en niant l’identité des uns et des autres et donc la réalité historique au profit d’une pure construction idéologique que, non content de préparer les conflits de demain, on refuse de reconnaître à la France son lent travail d’assimilation.

Animation ou formation ? Quelques réflexions sur le team building

Créé par le 10 fév 2015 | Dans : business

Mon employeur a souvent recours au team building pour former ses équipes. Et je participe toujours avec plaisir à ces séminaires ludiques qui non seulement sortent un peu du quotidien, mais permettent également d’améliorer les performances (de l’équipe et de chacun de ses membres). Le team building était un échange gagnant-gagnant pour l’employeur et l’employé. Pourtant, il me semble avoir constaté un changement dans le domaine : aujourd’hui, si le team building reste profitable pour le salarié, il l’est souvent beaucoup moins pour l’employeur. En effet, le team building aide en théorie à améliorer l’esprit d’équipe et le fonctionnement d’un groupe. Dans la plupart des cas, il s’agit d’augmenter la capacité individuelle à collaborer de manière collective, et ce de manière réfléchie, efficace. Dans certains cas pourtant (notamment dans le cadre d’une création récente d’équipe), le but peut être de développer des rapports interpersonnels, d’apprendre à se connaître. En théorie, tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes. Le team building présente un intérêt évident, tant pour le salarié que pour la direction. Cependant, dans la pratique, il en va très différemment. Le nombre de prestataires s’est considérablement accru ces dernières années, chacun voulant participer à ce marché prometteur. Les animations proposées se sont diversifiées au plus haut point, sans que la qualité suive toujours. On peut désormais, en matière de team building, déguster de la bière, faire un rallye, du parapente, une course au trésor, une murder party, une randonnée, de la plongée… Et tout cela est très bien (en théorie toujours), mais où est le sens de telles activités ? Une majorité de ces nouveaux organisateurs simplifie souvent le team building jusqu’à le considérer comme une simple animation. Or, le team building est loin de se résumer à cela : c’est avant tout une méthode. Tout le monde peut aller jouer durant une matinée, un jour ou davantage à des animations tantôt drôles, tantôt pleines d’adrénalines. Mais quel en est le bénéfice pour l’employeur, à part le bref dépaysement qu’il procure aux employés ? L’essentiel n’est bien évidemment pas l’activité en elle-même mais le fait qu’elle soit exécutée avec un objectif préalablement défini. Elle doit en tout état de cause permettre d’aborder par la pratique un ou plusieurs sujets sur lesquels l’entraîneur désire travailler. Il est donc décisif qu’elle se close par un débriefing, par le biais duquel le manager peut montrer les acquis et notamment entreprendre un transfert de compétences. En théorie, le séminaire est donc utilisé en vue d’arrêter des objectifs (personnels ou collectifs) et d’imposer des normes de fonctionnement pour l’équipe. Mais force est de constater qu’à l’heure actuelle, cette dernière partie, la plus importante, est passée sous silence, en raison de prestataires plus animateurs que formateurs. Allez sur l’Agence Incentive pour en savoir plus sur ces services.

Les français séduits par HSBC

Créé par le 10 fév 2015 | Dans : business

Passez-nous l’expression mais les Français qui avaient des comptes non déclarés dans les livres de la HSBC-Private Bank de Genève ont connu… des fortunes diverses. En observant le traitement opéré depuis novembre 2009 au fur et à mesure du décryptage des listings issus de la banque suisse, on s’aperçoit que les autorités françaises ont nettement privilégié la voie fiscale à la voie judiciaire. Résultat, depuis le début de l’affaire, 2.300 dossiers de contribuables surpris sur les listes HSBC-PB ont fait l’objet de contrôles. Et 300 millions d’euros ont été recouvrés grâce à cette seule source. Il s’agit là des données les plus récentes, communiquées au ministère des Finances par le cabinet de Michel Sapin. Et cela n’est pas terminé. Le sort des dossiers contrôlés est cependant intéressant à connaître dans le détail. Une note de synthèse de la Direction nationale de vérification des situations fiscales (DNVSF) datée du premier août dernier et que « l’Obs » a pu consulter éclaire nettement les options choisies. 875 dossiers avaient à cette date étaient contrôlés pour un montant de 2.567.687.903 dollars (2,2 milliards d’euros) d’avoirs. Il apparaît que trois scénarii étaient possibles. Sur ces 875 dossiers contrôlés, 569 (65%) ont fait l’objet de régularisation, c’est-à-dire que les contribuables, intimidés ou parfois en se faisant tirer l’oreille, ont payé les pénalités et fait rapatrier les fonds en France. Cette voie a par exemple été choisie par l’acteur Gad Elmaleh dont il faut noter que les 80.000 euros d’encours faisaient de lui un « petit » compte, au montant deux fois inférieur à la moyenne des avoirs détenus par chaque client français à HSBC-PB. 258 dossiers (29%) ont été traités en dossiers de dénégations, c’est-à-dire qu’une taxation d’office pouvant aller jusqu’à 60% a été appliquée, le tout dans une ambiance nettement moins cordiale que dans le précédent cas. Les contribuables concernés ont également dû payer les pénalités et dû faire rapatrier les fonds en France. Enfin, 48 dossiers (5%) ont été transmis aux services d’enquêtes judiciaires chargés de la fraude fiscale. Il s’agit notamment du cas d’Arlette Ricci et des affaires qui seront examinées par la 32eme chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris. Il faut noter que la voie judiciaire n’a été choisie que pour les dossiers dans lesquels la volonté de dissimulation était manifeste. Par ailleurs, il faut rappeler que les dossiers de fraude fiscale envoyés au tribunal ont suivi un chemin particulier. Comme le prévoit une particularité parfois décriée du droit français, ces cas passent en effet devant la commission des infractions fiscales (CIF), organisme dépendant du ministère des finances et surnommé « le verrou de Bercy ». Cette commission donne son feu vert à d’éventuelles poursuites pénales. Seul le ministère du Budget peut donc être à l’origine d’une plainte. Le président de la CIF, devant une commission parlementaire, avait récemment indiqué qu’il n’y a pas lieu de poursuivre pénalement l’ensemble des faits de fraude fiscale et que si un redressement fiscal était pénible, une traduction devant la justice pénale était bien plus infamante et qu’il convenait donc de la réserver aux faits les plus répréhensibles… Par ailleurs, rappelons qu’en novembre dernier, les juges Daieff et Bilger ont mis en examen HSBC-PB pour démarchage bancaire illicite et blanchiment de fraude fiscale. Selon « Le Monde », 8.936 Français « couvés par au moins 24 gestionnaires de comptes » ont désormais été identifiés dans les listings HSBC-PB. La proportion des cas traités par l’administration fiscale (95%) et par la voie judiciaire (5%) devait sensiblement rester la même dans les mois qui viennent. Il faut d’ailleurs souligner que les contribuables renvoyés devant le tribunal font également l’objet de redressements fiscaux. Les comptes dissimulés dans ces cas-là leur coûtent très cher.

1...1617181920

Pimp my neck |
Mermoz2ndebcdeutsch |
Mon Arbre |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Boubouuh
| Rayons arc-en-ciel
| Lingua portuguesa e cultura...