Le temps d’une pause

Créé par le 14 juil 2017 | Dans : voyage

Le week-end dernier, je me suis laissé tenter par un très sympathique baptême de parapente à Ardèche. Une promenade qui m’a rappelé à quel point la vie est fabuleuse et vaut vraiment la peine. Non pas uniquement pour ces moments de pure magie, mais aussi pour ce qu’elle a à offrir chaque jour. Mes beaux-parents apprécient très peu cette soif d’évasion qui me prend régulièrement. Pour eux, leur fille et moi devrions être deux siamois, et tout faire ensemble, tout le temps. Ils semblent trouver incroyable que je veuille faire des choses de mon côté. Mais pour moi, c’est un procès parfaitement déplacé qu’ils me font. Quand je m’évade, ce n’est pas pour échapper à ma petite tribu et à leur fille : c’est justement pour revenir vers elles. C’est pour me rappeler combien j’ai de la chance de les avoir. Pourquoi ? Parce que j’ai tendance à penser que quand on ne sort pas de son quotidien, quand on reste cloîtré dans sa routine, on finit par ne plus goûter ce qu’on a juste sous les yeux ; on se concentre uniquement sur les contrariétés et non sur la chance qui est la nôtre. L’on doit donc se détacher de tout ça, même pour quelques heures, histoire de remettre les choses à leur place. Beau-papa ne comprend pas que je puisse m’accorder ces moments à moi. Mais selon moi, l’on ne vit pas seulement pour être père ; et d’autre part, ça a son utilité pour le couple. Ce temps de relâche permet en effet de libérer la pression qui s’accumule au jour le jour. D’ailleurs, preuve en est : après ces sorties en solitaire, je suis toujours particulièrement disponible pour ceux que j’aime. Cette manière de faire peut sembler étonnante, mais lorsque je vois combien certaines personnes répondent à leurs enfants, à quel point elles sont sans cesse irritées par tout ce qui les concerne, je me dis que mon mode de fonctionnement n’est pas dénué d’intérêt. Mieux vaut s’allouer un moment de quiétude et être plus disponible le reste du temps, que d’être continuellement sur le fil. Bien entendu, chacun est libre de penser ce qu’il veut. Pour en revenir à mon escapade, j’ai bien apprécié ce baptême en parapente. Les sensations fournies par le parapente sont franchement à tomber, par moments. Voilà d’ailleurs le site par lequel je suis passé pour ce vol. Si vous avez toujours rêvé de voler, je vous invite à faire le grand saut ! Retrouvez plus d’informations sur l’organisateur de ce de baptême en parapente en Ardèche.

parapente11

L’Europe contre la frite belge

Créé par le 26 juin 2017 | Dans : politique

Le ministre flamand du Tourisme part en guerre contre Bruxelles, qui met en garde contre la présence d’une substance cancérigène dans la spécialité belge. En cause, son mode de cuisson légendaire. Il s’appelle Ben Weyts, et s’inquiète pour un des emblèmes de son pays, la frite. D’après le ministre flamand du tourisme, l’Union européenne menace « la culture de la frite » au nom de la lutte contre l’acrylamide, un composé chimique qui se forme quand des aliments contenant de l’amidon sont cuits à très haute température.   Un cri d’alarme lancé ce dimanche dans le journal flamand Het Laatste Nieuws, qui fait suite à une lettre de sa part adressée au commissaire européen chargé de la Sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis.  Ben Weyts affirme toutefois « soutenir le combat » contre l’acrylamide, une substance qui a été reconnue cancérigène pour les animaux, et qui se forme également sur le pain grillé, les céréales et les chips. Oui mais voilà, « il est important de procéder avec prudence et de ne pas prendre des mesures qui auraient des conséquences non voulues et considérables pour notre riche tradition gastronomique », explique le ministre, traduit par Sudinfo, au commissaire.   Car ce qui donne aux frites belges leur goût inimitable, légèrement caramélisé, c’est qu’elle sont cuites deux fois. Une fois à température moyenne, l’autre à température plus élevée, confirme France 3 Régions Hauts-de-France. Cette tradition ne s’arrête pas à la frontière.  Que suggère le ministre, membre du parti indépendantiste flamand? Ne renoncer en aucun cas à la double cuisson, élevée au rang de patrimoine culturel. Il se fait reprendre à la volée dans Het Laatste Nieuws par le député européen écologiste Bart Staes, qui lui reproche de « mettre en danger la lutte contre le cancer de façon polémique. »   Des frites une fois par semaine, « c’est déjà trop », estimait en 2015 pour Le Soir Alfred Bernard, toxicologue à l’Université de Louvain.  La Commission européenne a toutefois démenti ce mardi toute velléité de mettre à mal le patrimoine culturel belge. « La Commission n’a aucune intention de bannir la frite belge ou tout autre type de frite qui existe. Elle est très attachée aux aspects culinaires dans nos Etats membres », a déclaré Margaritis Schinas, sa porte-parole.

Un concentré d’adrénaline

Créé par le 29 mai 2017 | Dans : loisirs

J’ai déjà fait de nombreuses expériences délirantes dans ma vie, mais l’une d’elles me manquait encore : voler sur un avion de chasse. Je devais réparer cette erreur, ce que j’ai fini par faire samedi dernier. L’aventure a eu lieu à l’aéroclub de Rennes, où je me suis présenté à 10 h. J’avais eu du mal à m’endormir la veille au soir en pensant à ce que j’allais faire. Peu après qu’on m’ait expliqué le fonctionnement de l’appareil ainsi que les procédures de sécurité, j’ai enfin pu enfiler mon uniforme de vol avant de rejoindre le taxiway. C’est là que le Fouga patientait, revenant justement d’un vol. En rejoignant l’appareil, j’ai donc croisé le client précédent, qui semblait un peu pâle. Je lui ai demandé comment cela s’était passé et il m’a répondu qu’il avait subi le voile noir et avait perdu connaissance durant quelques secondes. Pas rassurant ! C’est donc l’estomac noué que j’ai grimpé dans le cockpit et me suis attaché à mon siège. Après toute une série de contrôles, on est parti. Nous avons débuté par un vol très calme, à haute puis à basse altitude. Mais tout cela n’était tout au plus qu’un hors-d’oeuvre pour mettre en appétit. Puis le pilote m’a enfin informé qu’on allait tenter la voltige aérienne. Et là, je me suis pris une claque. On a commencé par un petit huit brésilien. J’ai subitement pesé plusieurs fois mon poids. J’avais la sensation que mes joues tombaient, comme si une main invisible tirait dessus. Le pilote m’a demandé si je voulais continuer : je n’ai pu m’empêcher de sourire, parce qu’à ce moment-là j’étais heureux comme jamais. Durant les brefs moments de relâche entre les enchaînements, j’essayais de retrouver mes repères, mais tout allait de plus en plus vite. Les figures se suivaient à toute allure : breaks, tonneaux, looping, vol sur le dos. Tout y passait. Le pilote me demandait constamment si j’étais encore conscient, et je répondais chaque fois par l’affirmative. Car en dépit des acrobaties qui me secouaient en tout sens, je me sentais bien. Curieusement, c’est sur la route du retour que j’ai fini par me sentir barbouillé. C’est une aventure que je recommande à tous les mordus d’adrénaline, mais attendez-vous à rendre votre dernier repas ! Pour en savoir plus, allez sur le site spécialiste du baptême en avion de chasse.

pilote (9)

Le travail dans la fonction publique territoriale

Créé par le 24 mai 2017 | Dans : société

Dans la FPT, la règle des 1 607 heures s’applique sur la base du décret du 12 juillet 2001. Cependant elle se heurte à l’exception prévue par l’article 7-1 de la loi n°84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale qui permet de maintenir les régimes de travail mis en place par les collectivités territoriales antérieurement à l’entrée en vigueur de la loi n°2001-2 du 3 janvier 2001 relative à la résorption de l’emploi précaire et à la modernisation du recrutement dans la fonction publique territoriale. A l’époque, les collectivités avaient été encouragées à baisser leur volume horaire de travail dans l’objectif de créer une dynamique de recrutements supplémentaires. Le maintien de cette dérogation supposait toutefois une délibération expresse de la collectivité.  Dans une grande ville, une délibération du 10 juillet 2001 approuvant le protocole d’accord RTT fixe le nombre de jours de congés annuels à 33 jours contre 25 réglementairement et aboutit à un nombre d’heures travaillées de base à 1 533 heures ou 1 547 heures selon les années. Une délibération de septembre 2000 fixe le temps de travail pour une commune de plus de 18 000 habitants à 1 547 heures. Celle du conseil d’administration du centre communal d’action sociale d’une commune de plus de 20 000 habitants, datée d’octobre 2001, fixe le temps de travail à 35h45 hebdomadaires avec un régime de congés plus favorable. Une commune de plus de 20 000 habitants a voté une durée annuelle de travail de 1440 heures. Dans une commune de plus de 25 000 habitants, selon le maire, les agents sont rémunérés sur la base de 1 607 heures alors qu’ils effectuent 1 537 heures. Avant 2001, les personnels travaillaient 1 580 heures et cinq jours de congés leur ont été accordés en contrepartie de la réforme (délibération du 19 décembre 2001).  La possibilité de dérogation ne concerne que les situations antérieures, comme le rappelle la jurisprudence administrative17.  En principe, chaque collectivité devait délibérer sur l’application des 35 heures et, le cas échéant, sur le maintien de la situation antérieure. La mission n’a pu confirmer le chiffre, régulièrement avancé, de 1 500 collectivités sous régime dérogatoire (à rapporter à plus de 50 000 employeurs locaux). Elle observe cependant que, dans un certain nombre de cas, le maintien des régimes antérieurs plus favorables s’est effectué sans délibération, ce qui n’a pourtant pas toujours donné lieu à une lettre d’observation.

Empoisonnements à Besançon

Créé par le 21 avr 2017 | Dans : société

Soupçonné d’avoir empoisonné volontairement sept patients, un médecin anesthésiste de Besançon s’est présenté ce mercredi matin devant les juges, qui devaient déterminer s’ils le plaçaient en détention ou en liberté sous contrôle judiciaire. Le suspect, un praticien réputé, et même apprécié dans le milieu médical bisontin, clame son innocence, alors qu’il risque la réclusion criminelle à perpétuité. Les juges n’ont finalement pas suivi la demande d’incarcération demandée par le parquet général, mais ils ont élevé le montant de sa caution à 100.000 euros.  Les empoisonnements concernent au moins sept patients, âgés de 37 à 53 ans, entre 2008 et 2017. Selon les premiers résultats de l’enquête, des doses létales de potassium et d’anesthésique ont été administrées à trois patients de la polyclinique de Franche-Comté et quatre patients de la clinique Saint-Vincent. Deux d’entre eux sont morts, alors que les opérations n’étaient pas particulièrement difficiles: un homme de 53 ans, mort d’une opération des reins, et une femme de 51 ans lors d’une simple opération pour fracture.   Mais le bilan pourrait s’alourdir: dans une précédente déclaration à la presse, la vice-procureure de Besançon Christine de Curraize évoquait une quarantaine de cas similaires étudiés par la justice, «dont une vingtaine mortels».  Suite aux demandes de l’avocate générale qui préfère éviter que des «éléments couverts par le secret de l’instruction» ne soient évoqués dans la presse, le président de la chambre de l’instruction Gilles Raguin a décidé de la publicité restreinte des débats. Une .

En avion de chasse!

Créé par le 07 avr 2017 | Dans : loisirs

Quand les habitants de Pontoise lèvent le nez dans la rue, ils ne voient qu’un ciel tout bête, sans histoire et vide de sens. Mais pour moi, ce ciel-là sera à jamais un endroit extraordinaire. Car c’est là que, dernièrement, j’ai fait un vol en avion de chasse. Et autant le dire : ce fut pour ma part une de ces expériences dont on se souvient jusqu’à son dernier jour ! Cette expérience prodigieuse m’a conduit à voir tout le chemin parcouru par l’être humain ces derniers siècles. Car c’est franchement saisissant, de se rendre compte combien notre monde est devenue plus vivable depuis la révolution industrielle. Dans un passé pas si lointain, la vie des hommes se résumait en général à cultiver la terre. L’horizon se résumait à un lopin de terre qui ne nous appartenait souvent même pas. C’était une vie épuisante et frugale, et où l’on travaillait très jeune. Les hommes ne voyageaient qu’en de très rares occasions : ils passaient le plus souvent toute leur existence dans le même village. Depuis cette époque, cependant, les choses ont bien changé : nous vivons désormais dans un luxe inimaginable. Imaginez : notre fameux mal du siècle est un simple mal de dos, nous avons des vacances, nous surfons sur le web, nous avons un tout à l’égout et de l’eau chaude, et nous mangeons asiat’ dès que l’envie nous prend ! La vie humaine est carrément méconnaissable à tout point de vue ! L’humanité a connu durant l’essentiel de son Histoire une vie inclémente, mais est brusquement passé, en quelques décennies, à une vie de faste tout à fait extravagante. Assurément, il y a encore des lacunes. Mais il faudrait quand même apprendre à percevoir le confort dont on jouit au quotidien, plutôt que de constamment nous focaliser sur ce qui nous manque : nous sommes véritablement vernis d’être nés à notre époque ! Et la qualité de vie n’a de cesse de s’intensifier. Qui aurait deviné, il y a cinquante ans, qu’il nous serait un jour possible de faire un vol en avion de chasse en guise d’amusement ? Si vous aimez les expérience insolites, voilà d’ailleurs le site du prestat’ de ce baptême en avion de chasse.

pilot (2)

Pas de jeux paralympiques pour les Russes

Créé par le 15 mar 2017 | Dans : Non classé

Le Comité international paralympique (CIP) a interdit aux sportifs russes de participer aux qualifications pour les Jeux de Pyeongchang malgré la proposition du comité national d’offrir des garanties que les paralympiens russes ne sont pas dopés. Les sportifs paralympiques russes se sont vu interdire de prendre part aux compétitions de qualification pour les Jeux paralympiques d’hiver 2018 qui auront lieu à Pyeongchang, en Corée du Sud, a annoncé lundi le Comité paralympique de Russie (RPC). « Le comité exécutif du CIP a examiné les propositions du comité paralympique russe le 29 janvier dernier, lors d’une réunion à Bonn, en Allemagne. Le comité a décidé de décliner les propositions » du comité national d’offrir des garanties claires que les sportifs sélectionnés pour les Jeux ne sont pas dopés, lit-on dans le communiqué. Le Comité a annoncé son intention de poursuivre la préparation des paralympiens russes aux Jeux en Corée, de défendre leurs droits légitimes conformément aux normes internationales et de toujours œuvrer pour garantir la propreté du sport paralympique en Russie. Le Comité international paralympique (CIP) a interdit en août 2016 la participation des Russes aux Jeux 2016 de Rio de Janeiro et a exclu le comité paralympique russe. En novembre dernier, le CIP a formulé les conditions que la Russie doit remplir pour rétablir sa participation à cette organisation. En août 2016, un rapport commandé par l’Agence mondiale antidopage (AMA) a accusé la Russie d’avoir mis en place un « système de dopage d’État avec l’aide active des services secrets ». Le document a déclenché un scandale autour de l’équipe olympique russe et a remis en cause sa participation aux Jeux olympiques de Rio. Pour sa part, l’équipe paralympique russe s’est vu refuser la participation aux Jeux paralympiques. Moscou a fermement démenti toutes les accusations de l’AMA.

En voiture

Créé par le 22 fév 2017 | Dans : Non classé

maserati (2)

Maroc: lancement de banques islamiques

Créé par le 22 fév 2017 | Dans : business

La Banque centrale marocaine a annoncé, lundi, avoir accordé des agréments à cinq banques islamiques. Le royaume chérifien doit émettre les premiers titres financiers islamiques, appelés sukuks, avant mi-2017. Bientôt des crédits halal et des comptes conformes à la charia au Maroc : la banque centrale et le ministère de l’Économie et des Finances du royaume ont autorisé la création de cinq banques islamiques, dites « participatives ». Trois autres établissements conventionnels seront également autorisés à « offrir à leur clientèle des produits bancaires participatifs », a annoncé lundi 2 janvier Bank Al-Maghrib, la banque centrale marocaine. La législation a également été modifiée pour permettre au Conseil supérieur des oulémas, instance officielle qui vise à appuyer la politique religieuse musulmane du Maroc, à accueillir un « Comité charia pour la finance participative », a expliqué Bank Al-Maghrib. Ce comité sera la « seule instance habilitée à émettre des fatwas sur la conformité des produits de la finance participative aux préceptes de l’islam du juste milieu », ajoute le communiqué. La banque centrale n’a pas dévoilé la date de lancement de ces banques halal dans le royaume, mais selon le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Boussaid, le Maroc doit émettre les premiers titres financiers islamiques, appelés sukuks, avant mi-2017. Les principaux groupes bancaires marocains avaient déposé des demandes d’agrément pour lancer des filiales « participatives », souvent en s’associant avec des banques islamiques des pays du Golfe. Un engouement qui s’explique par le potentiel du secteur : selon la société américaine de notation financière Standard & Poor’s, citée par Usine Nouvelle, la finance islamique pourrait représenter entre 10 et 20 % du système bancaire du Maroc. Selon une récente enquête réalisée par Reuters, l’Institut islamique de recherche et de formation rattaché à la Banque islamique de développement (BID) et le cabinet conseil Zawya, 98 % des Marocains sont intéressés par les produits bancaires islamiques. Ils sont 43 % à affirmer qu’ils ouvriront des comptes bancaires auprès des établissements islamiques même si les produits bancaires halal s’avéraient plus chers que les services bancaires traditionnels. Le lancement des banques participatives a été retardé à plusieurs reprises, en raison de la complexité du processus d’adaptation du dispositif règlementaire. L’arrivée de ces nouveaux acteurs devrait en tous cas se traduire par l’ouverture de 150 à 200 agences, selon l’hebdomadaire La Vie Éco.

Le cas Nintendo

Créé par le 15 fév 2017 | Dans : voyage

Imaginer le monde du jeu vidéo sans Nintendo paraît impossible. Et pourtant, vous devriez vous y préparer : il est fort possible que la firme disparaisse pour de bon, coulée par son prochain échec programmé : la Switch. Le mois dernier, j’ai fait un voyage de groupe à Moscou au cours duquel j’ai rencontré un autre fada de jeux vidéo, et nous en avons débattu à plusieurs reprises durant le séjour. Lui était un inconditionnel de Nintendo : il avait donc une foi absolue en la Switch. Mais ce n’est pas mon cas, et maglré tous ses arguments, je suis toujours aussi défaitiste quant à l’avenir de tout ça. A mon sens, Big N a tout simplement été décevant pour les joueurs. Il faut quand même se rendre compte que cette console est nettement plus chère que ses concurrents, alors qu’elle est aussi largement moins puissante. Et encore, je ne parle là que de la console de base. Or, Nintendo s’est fait le spécialiste des accessoires indispensables en tous genres, évidemment vendus séparément, et là aussi très chers. Ce qui fait que pour une console pleinement équipée et avec des jeux, la somme à débourser tournera autour de 500 euros ! Un prix tout à fait aberrant pour une console bien moins puissante que celle de Sony. Certains prétendent qu’il y aura une baisse de prix avant Noël, et que c’est là que tout se jouera. Mais étant donné le prix de base de la console et de chacun de ses accessoires, il est impossible que l’ensemble devienne moins cher que la concurrence. Et ça, c’est vraiment une erreur monumentale. Je concède que le principe de base de la Switch est assez attractif : le fait de pouvoir y jouer à tout moment est juste à tomber par terre. Mais le produit obtenu n’est, en ce qui me concerne, pas suffisant pour me convaincre. Et je suis apparemment loin d’être le seul dans ce cas de figure… La firme japonaise certifie avoir appris de ses erreurs. Mais elle en commet d’autres bien plus importantes ! Au passage, j’ai été enchanté par ce voyage de groupe en Russie. Cela faisait un bout de temps que je n’avais pas autant ri. Je vous mets en lien l’agence par laquelle je suis passé, pour les curieux.

moscou

1...1920212223...25

Pimp my neck |
Mermoz2ndebcdeutsch |
Mon Arbre |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Boubouuh
| Rayons arc-en-ciel
| Lingua portuguesa e cultura...